Allumer une chandelle pour la prévention du suicide

Pas de commentaire Par La rédaction | 10 septembre 2016
Illustration

C’est aujourd’hui que l’on souligne la prévention du suicide partout dans le monde. À cette occasion, à l’instar de bons nombres d’organismes (dont l’Association Québécoise de prévention du suicide et la Journée mondiale de la prévention du suicide), le MMFIM rappelle l’ampleur de ce phénomène complexe qui touche particulièrement les personnes en  situation de précarité.

  • Le suicide entraîne plus de 1 100 décès de Québécois et Québécoises chaque année.
  • Il constitue la troisième cause de décès parmi la population âgée de 18 à 64 ans, après les cancers et les maladies du cœur.
  • Plus précisément, le suicide affecte plus les hommes que les femmes et on le retrouve le plus souvent parmi les personnes autour de la cinquantaine.
  • On observe également que le taux de suicide des milieux défavorisés atteint le double de celui des milieux les plus favorisés. (Source: INSPQ)

Plusieurs études ont par ailleurs démontré un taux de suicide plus élevé chez les jeunes en situation d’itinérance comparativement aux jeunes qui ne le sont pas.

Selon les données préliminaires d’une enquête du Homeless Hub / Rond Point de l’itinérance sur les jeunes et l’itinérance, 42% des jeunes en situation d’itinérance ont fait part qu’ils avaient fait au moins une tentative de suicide. Le rapport sera rendu public cet automne.

World Suicide Prevention Day (Homeless Hub)

 

À 20 h, nous allumerons une chandelle et nous nous joindrons à la douleur des proches et des intervenants qui ont vécu de tels drames.

Besoin d’aide

Si vous avez besoin d’aide, si vous êtes inquiet pour un proche ou si vous êtes une personne endeuillée par suicide, composez le 1 866 APPELLE (277-3553) partout au Québec.

Articles connexes

Cet article du Dr Olivier Farmer est tiré du magazine Le Spécialiste de juin 2016. Il est reproduit ici avec la permission expresse de l’éditeur. Le magazine peut être consulté à l'adresse fmsq.org. Les décès successifs (sous …

La désinstitutionalisation des soins psychiatriques, qui a commencé il y a plus de 50 ans, est reconnue comme l’un des facteurs ayant contribué à augmenter l’itinérance à long terme de personnes malades qui se retrouvent à …

Le logement doit-il être l'aboutissement ou le point de départ des interventions auprès des personnes itinérantes ? Telle est la question à laquelle tente de répondre Bruno Coulombe dans son reportage diffusé vendredi dernier à l’émission « L’heure du monde » …

Liens d'intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal © 2019.