Besoins exprimés en matière de logement par les utilisateurs autochtones des ressources communautaires à Montréal

Un commentaire Par La rédaction | 9 juillet 2018
Illustration

Les personnes autochtones sont en effet surreprésentées chez les personnes en situation d’itinérance dans la métropole avec une représentation de 10% comparativement à moins de 0.6% de la population montréalaise, selon Je compte MTL 2015. La question du logement demeure toute aussi importante chez les personnes autochtones et leurs besoins spécifiques peu sondés à ce sujet.

Quels sont les besoins et les préférences en matière de logement pour les personnes autochtones fréquentant les ressources montréalaises? C’est la question à laquelle le Dr Eric Latimer et son équipe de recherche se sont penchés à la demande du RÉSEAU pour la stratégie urbaine de la communauté autochtone à Montréal. Voici un résumé de cette recherche intitulée Besoins exprimés et préférences en matière de logement des utilisateurs autochtones de ressources communautaires sur l’île de Montréal, réalisée par Dr Eric Latimer, Ph.D. et son équipe de recherche, laquelle fut officiellement lancée en février 2018.

 

Une démarche collaborative avec la communauté autochtone de Montréal

En collaboration avec cinq partenaires organismes communautaires, des groupes de discussion se sont tenus afin d’établir le questionnaire, qu’ils ont ensuite fait passer dans huit ressources par des intervenants et des bénévoles. 134 questionnaires ont été répondus par des hommes et des femmes inuit et des membres des Premières Nations. De ce nombre, une grande proportion résidait à Montréal depuis au moins cinq ans, et dans beaucoup de cas, depuis dix ans et plus. Parmi les personnes sondées, la moitié avait passé au moins une nuit en «couch-surfing» au cours des six mois précédents. Deux tiers des participants à l’étude qui vivaient dans leur propre logement vivaient avec une autre personne et la moitié des répondants hébergeaient au moins une autre personne de plus temporairement.

 

Souhaits exprimés par les personnes autochtones

Les personnes ont exprimé, dans une proportion de 60% chez les Inuits et chez les femmes des Premières Nations, souhaiter avoir leur propre appartement avec une subvention au loyer et des logements permanents dédiés aux personnes autochtones. Chez les hommes des Premières nations, ce sont 44% qui en ont exprimé le désir.

De plus, les personnes de cinquante ans et plus, particulièrement, ont manifesté le souhait de vivre dans un environnement autochtone, c’est-à-dire réservé aux résidents autochtones et avec des services culturellement adaptés. Ces services seraient par exemple des espaces communautaires ou culturels, du soutien par les pairs ou des services de guérison spirituelle.

 

Recommandations

Suite à cette enquête, le RÉSEAU a émis des recommandations, soient :

  • en ce qui a trait au soutien par les pairs, que soient mises sur pied des formations pour être des leaders positifs et avoir une approche d’empowerment;
  • en ce qui a trait à la guérison spirituelle, que de la formation sur les traumatismes intergénérationnels soient offerts aux travailleurs en première ligne mais aussi aux concepteurs de programme, bailleurs de fonds, et que des ressources thérapeutiques culturellement adaptées soient financées;
  • concernant le logement abordable, qu’il y ait une réceptivité au logement abordable réservé aux Autochtones et davantage de souplesse dans le financement;
  • concernant le manque d’accès aux revenus et les barrières linguistique rencontrés par les Autochtones en milieu urbain, qu’une stratégie d’intégration soit créée par et pour les peuples autochtones de pair avec les gouvernements, services sociaux et organismes communautaires pour rendre la transition vers le milieu urbain plus douce, et que des services bilingues ou des services d’interprétation soient offerts dans les services publics.

Pour en savoir plus :

RAPPORT COMPLET: Besoins exprimés et préférences en matière de logement des utilisateurs autochtones de ressources communautaires sur l’île de Montréal, Eric Latimer, Ph.D., François Bordeleau, M.Sc., Christian Méthot, M.Sc. Février 2018

La définition de l’itinérance autochtone

Les concepts-clés de l’itinérance autochtone

 

 

Un commentaire

  1. DONAT SAVOIE dit :

    Quoique ces etudes sur le logement autochtone peuvent etre utiles, il y a tout de meme lieu de souligner que les Inuit qui comptent moins de 10% de la population autochtone de Montreal, comptent pour 45% (etude du professeur Nobuhiro Kishigami) ou 40% (denombrement de mars 2015) des autochtones en situation d itinerance. De plus, les refuges Open Door et Red Roof rencontrent de serieux problemes de survie. Les Inuit representent pres de 40% des itinerants qui vont a ces refuges. DONAT SAVOIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal © 2018.