La SPLI du gouvernement fédéral devient la Stratégie canadienne de lutte à l’itinérance (SCLI)… Vers un chez soi

Pas de commentaire Par La rédaction | 11 juin 2018
Illustration

 

À la suite d’une démarche de consultation sur l’itinérance menée à travers le Canada, réunissant des spécialistes du domaine du logement et de l’itinérance, des fournisseurs de services locaux et régionaux et des personnes ayant vécu l’itinérance, le ministère de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, a procédé à une mise à jour de sa stratégie contre l’itinérance Vers un chez soi (Reaching Home).

 

La SPLI: des moyens significatifs pour lutter contre l’itinérance

La lutte contre l’itinérance repose en grande partie sur le soutien fédéral au moyen de sa Stratégie de partenariats de lutte contre l’itinérance (SPLI[i]). Cette source de fonds est significative pour plusieurs organismes qui dispensent des services en itinérance dans 61 communautés désignées à travers le pays, dont 11 au Québec.

La nouvelle stratégie repose sur un objectif clair — celui de réduire l’itinérance chronique de 50 % en 10 ans. Elle laisse le choix des moyens aux collectivités, mais compte demander un suivi serré au moyen des données probantes et en continu. Cette nouvelle stratégie fédérale ne renie pas l’approche Logement d’abord, que l’on considère des plus performantes dans la lutte à l’itinérance chronique. Elle fait également le lien avec la Stratégie nationale du logement (SNL[ii]), reconnaissant que la réduction de l’itinérance dépend de l’accès à un logement abordable en nombre suffisant.

 

Une approche centrée sur les résultats

Ailleurs au Canada (ROC), le gouvernement fédéral exigera le recours à une base de données telle le SISA[iii], la mesure en continu des personnes entrant et sortant de l’itinérance, ainsi que le suivi d’indicateurs identifiés en temps réel. Au Québec, le soutien fédéral sera assujetti à la signature d’une entente spécifique Canada-Québec qui fera l’objet de discussions avec la province.

Cela laisse en plan quelques préoccupations, à savoir comment les résultats seront évalués ; sous quels indicateurs et avec quels moyens ? Est-ce que la « flexibilité » offerte au Québec ouvrira la porte au retour d’une approche généraliste qui ne vise pas explicitement la fin de l’itinérance ?

Quant aux résultats, cela suppose bien évidemment de saisir des données probantes pour pouvoir en faire le suivi. Le MMFIM appuiera un recours plus généralisé de l’utilisation de SISA par les organismes québécois soutenus dans le cadre de cette nouvelle stratégie. Déjà le tableau de bord 2000SOLUTIONS montre la voie à suivre.

Bref, plusieurs questions restent en suspens et les détails à venir seront d’une grande importance pour préciser le déploiement de cette nouvelle stratégie et sa mise en application en contexte québécois. Nous ne savons pas encore quelle sera la marge de manœuvre du Québec, ni quelle sera la nature du prochain gouvernement qui négociera cette entente qui aura des conséquences sur l’offre de service en itinérance au Québec pour les 10 prochaines années.

Beaucoup de variables à suivre…

En savoir plus:

https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/nouvelles/2018/06/vers-un-chez-soi-la-strategie-canadienne-de-lutte-contre-litinerance.html

https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/nouvelles/2018/06/document-dinformation-vers-un-chez-soi.html

Reaching Home? Canada’s New Homelessness Strategy.

_______________________

[i] https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/programmes/communautes/sans-abri.html

[ii] https://www.chezsoidabord.ca/

[iii] https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/programmes/communautes/sans-abri/sini/sisa.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal © 2018.