Les bonnes intentions ne suffisent pas

Pas de commentaire Par La rédaction | 26 mai 2017
Illustration

L’Angleterre constate une hausse de l’itinérance de 132%. Pour y faire face, Beth Watts, chercheure de Heriot-Watt University et auteure du Homelessness Monitor de cette année, rappelle que les bonnes intentions ne suffisent pas. Pour viser à mettre fin à l’itinérance, il faut essentiellement un soutien individualisé, constant, flexible et en amalgame avec les autres services de soutien.

En somme, il importe d’appliquer la nuance entre ne pas ghettoïser les personnes qui ont vécu l’itinérance dans un même lieu, sans toutefois les mettre à l’écart de la société. Puis, il vaut mieux s’intéresser aux intérêts et aux forces des personnes et éviter de mettre l’emphase sur leurs problèmes, de même que sur leurs comportements parfois liés à la rue. Finalement, il est nécessaire de se fier sur des données probantes, comme celles qui présentent le succès de l’approche Logement d’abord.

 

Pour consulter l’article complet du Housing Network:

Good intentions and old habits are leading us astray on homelessness

 

Liens d'intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal © 2017.