L’itinérance chez les personnes immigrantes – Volet 4 : Les initiatives d’ici et d’ailleurs

Pas de commentaire Par Cynthia Lewis | 29 février 2016
Illustration

Cet article est tiré d’une étude faite par Cynthia Lewis pour le MMFIM, à l’été 2015.

Parmi les initiatives pour venir en aide aux nouveaux arrivants, il existe désormais des Partenariats locaux en matière d’immigration (PLI) qui représentent une forme de gouvernance multiniveau – qui favorise la participation entre partenaires municipaux, provinciaux et fédéraux – ainsi qu’une forme de collaboration communautaire liée à l’établissement et à l’intégration des nouveaux arrivants. Par exemple, le Plan stratégique et communautaire pour l’immigration de la ville du Grand Sudbury (Ontario) et aussi celui de London au Middlesex, qui ont été élaborés dans le cadre de PLI, mise sur les besoins des nouveaux arrivants en matière de logement, par exemple. Pour ce secteur, les priorités du plan sont les suivantes :

  • Pour les conflits entre propriétaire et locataires : le plan vise à diminuer les conflits en mettant à profit des ateliers proactifs qui informent les gens de leurs droits et de leurs responsabilités, et qui leur apprennent comment réagir lors de litiges entre locataires et propriétaires. Il fait aussi la promotion d’une planification urbaine qui permet de répondre aux besoins des nouveaux arrivants en matière de logement.
  • Pour les logements abordables et sécuritaires : le plan vise à accroître le nombre de logements temporaires ou transitoires offerts dans la ville aux demandeurs du statut de réfugiés et aux réfugiés pris en charge par le gouvernement. Il vise également à créer un centre d’accueil des nouveaux arrivants, qui est conjointement coordonné par tous les services d’établissement à l’immigration.

Outre le logement, le plan touche également neuf autres grands thèmes d’importance dans l’expérience migratoire des nouveaux arrivants : l’éducation, l’emploi, les services en matière de langue, le gouvernement, la famille et la santé, l’inclusion sociale, l’intégration à la main-d’œuvre, l’établissement, l’attraction et la rétention.

ROMEL (Regroupement des organismes du Montréal ethnique pour le logement) semble un organisme unique en son genre au Canada en raison de son mandat, qui vise à répondre aux problèmes de logement des communautés ethniques, ainsi que son large éventail de services : groupe de gestion immobilière (plus de 400 logements), maisons d’hébergement transitoires (pour les hommes et pour les femmes), banque de recherche de logement (multilingue), dont les logis ont été inspectés au préalable (cette banque est également mise à la disposition des demandeurs d’asile), aide à l’emploi et au développement de petites entreprises (p. ex. CPE), services et séances d’information sur des sujets variés qui touchent le logement (le bail, la discrimination, la recherche de logement ou les assurances), et ce, en plusieurs langues. Parmi les projets novateurs du ROMEL, citons le développement de nouveaux services en habitation, tels que la Fiducie foncière communautaire, le Fonds d’emprunt et la Coopérative de travail en construction et rénovation.

Créé en 1999, le projet « Habiter la mixité » est une collaboration entre l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM), la Ville de Montréal, et le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC), dans la foulée des enjeux et des défis liés à l’immigration, notamment l’intégration et le logement. Cette initiative vise à soutenir le développement communautaire et social des personnes et des familles immigrantes en milieu HLM à Montréal. Les principaux objectifs du projet sont : d’informer les familles immigrantes sur leurs droits et devoirs en tant que locataires, d’aider les locataires immigrants à communiquer en français et leur fournir des occasions d’échanges avec le voisinage, et favoriser des ponts entre les individus et les ressources communautaires du milieu. Il permet également de rejoindre les ménages immigrants les plus isolés en les mettant en contact avec des pairs-aidants de leur quartier. Cette intégration est favorisée par la présence d’intervenants au sein même des habitations, permettant un service de proximité personnalisé. Cette approche communautaire et interculturelle offre aux nouveaux immigrants l’avantage de découvrir plus rapidement les ressources du milieu nécessaires à leur établissement.

Multicaf est une ressource communautaire et alimentaire pour les personnes et les familles à faible revenu du quartier Côte-des-Neiges/Snowdon, un des lieux emblématiques de l’immigration au Québec. Outre le dépannage et la sécurité alimentaire, cet organisme a pour mission de favoriser l’inclusion des personnes à faible revenu par le développement de leurs habiletés et par leur intégration dans le milieu. Il offre également des services d’aide, d’information et de références aux personnes fréquentant l’organisme : logement, droits des locataires, immigration, santé, ressources d’hébergement, etc. Depuis 2010, Multicaf sensibilise les organismes communautaires aux enjeux grandissant de l’itinérance à Côte-des-Neiges. À la suite de la nouvelle orientation de la SPLI, MultiCaf, la CDC et la table jeunesse ont rédigé une demande visant à loger plus de 40 personnes en situation d’itinérance ou à risque d’itinérance dans le parc locatif et privé du quartier. Les objectifs de cette demande étaient axés sur l’embauche d’une équipe de suivi en logement, chargée de trouver des logis et des propriétaires intéressés par le projet, sur l’embauche d’une équipe de suivi clinique, pour assurer le maintien en logement des personnes en situation d’itinérance, et sur l’accueil et l’intégration de ces personnes dans le réseau du quartier.

Le Centre des femmes d’ici et d’ailleurs (CFIA) travaille depuis trente ans à améliorer les conditions de vie des femmes socioéconomiquement défavorisées de toutes origines. Situé dans le quartier Villeray et orienté vers une approche féministe et interculturelle, le Centre a été fondé par un groupe de femmes issues de l’Association pour la défense des droits du personnel domestique. Très impliqué sur le plan local et national (p. ex. L’R des Centres de femmes du Québec), le CFIA participe aux différentes luttes sociales, dont celles pour le droit au logement notamment, en adoptant une loi permettant aux femmes vivant l’abus et la violence conjugale de résilier leur bail. Les problèmes liés au logement sont un des sujets sur lesquels le CFIA intervient auprès des femmes qui le fréquentent. La discrimination basée sur l’origine ethnique est aussi sujette à plusieurs interventions, tout comme les préjugés. La longueur des listes d’attente pour un logement subventionné est aussi évoquée régulièrement par les femmes. Selon un entretien réalisé en mai 2015 avec des femmes immigrantes et non immigrantes en situation d’itinérance, l’attente pour l’obtention d’un logement subventionné (p. ex. un HLM) à Montréal peut s’étendre jusqu’à 10 ans. Les critères de sélection, pour obtenir un loyer à prix modique, sont aussi un frein à l’obtention de ce type de logement, selon les femmes rencontrées.

Autres initiatives

À ce propos, une liste plus exhaustive des organismes travaillant auprès des personnes immigrantes est offerte sur le site de la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI).


Télécharger l’étude au format PDF:  Une réalité urbaine: L’itinérance et les risques d’itinérance chez les personnes immigrantes de Montréal.


À propos de Cynthia Lewis

Spécialiste en logistique de terrain et en gestion de données, Cynthia Lewis est détentrice d’un baccalauréat en anthropologie et d’une maîtrise en démographie de l’Université de Montréal. À partir de 2006, elle s’oriente en santé et condition féminine, sous la bannière de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Organisation des Nations Unies (ONU), à titre de chercheur et de responsable de projets. Puis, en 2015, elle se joint au Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal (MMFIM), comme consultante. Durant cette période, elle participe également au Dénombrement et à l’Enquête complémentaire sur les personnes en situation d’itinérance à Montréal.

Articles connexes

Cet article est tiré d'une étude faite par Cynthia Lewis pour le MMFIM, à l'été 2015. Le contexte d'immigration au Canada et au Québec Le Canada accueille chaque année plusieurs milliers de nouveaux arrivants[1], venant renforcer la …

Cet article est tiré d'une étude faite par Cynthia Lewis pour le MMFIM, à l'été 2015. L'intégration socioéconomique et les facteurs de fragilisations Montréal est reconnue pour être un des pôles d'importance de l'immigration au Canada, elle …

Cet article est tiré d'une étude faite par Cynthia Lewis pour le MMFIM, à l'été 2015. Les défis de l'expérience migratoire Chez les femmes immigrantes, les facteurs de fragilisation sont souvent liés aux défis de l’expérience migratoire. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal © 2019.