Maximiser l’apport de la Stratégie nationale sur le logement (SNL)

Pas de commentaire Par La rédaction | 11 décembre 2017
Illustration

La nouvelle Stratégie nationale sur le logement (SNL) annoncée par le gouvernement fédéral mérite un accueil positif, malgré les apparentes incursions dans les domaines de compétence provinciale. Il s’agit de la première politique sociale issue du gouvernement en ce 21e siècle.

Le gouvernement fédéral s’est retiré de l’habitation sociale et communautaire en 1993, mais contribue mollement aux programmes et initiatives provinciales. Ces dernières ont, chacune à leur manière, élaboré des réponses et développé des expertises. Elles ne veulent plus se faire dicter des orientations et on les comprend.

Ceci étant dit, il était important que le gouvernement fédéral offre une vision et un cadre financier. La vision tient compte de l’ensemble du marché. Et surtout, la vision et les fonds visent à réduire la pauvreté et améliorer l’accès à un logement sécuritaire et abordable aux moins nantis, ce qui vaut d’être applaudi. Le cadre financier est un peu maigre compte tenu des besoins, mais il y en a un !

Le document prend soin d’annoncer l’élaboration des détails en proche collaboration avec les provinces, les organismes communautaires et autochtones, chacun selon le volet en question.

Lumière sur de grands objectifs

La vision (stratégie) fédérale annonce certains objectifs qui méritent toute notre attention :

          Une réduction de plus d’un demi-million de ménages qui s’appauvrissent pour payer leur loyer.

          Une réduction de 50 % des personnes en situation d’itinérance chronique.

          Une augmentation de la cadence de construction et de rénovation des logements sociaux et abordables.

          Un plus grand accent sur la collecte de données probantes, la recherche et les projets de démonstration.

          Une nouvelle loi qui exigera que le gouvernement fédéral maintienne une SNL qui priorise les besoins de logement des plus vulnérables.

Une nouveauté : l’introduction d’une Allocation canadienne pour le logement

L’objectif est ambitieux : aider 300000 ménages vulnérables à payer leur loyer ce qui sera un puissant antidote à leur marginalisation. Une telle allocation permettra également à un nombre significatif de personnes de sortir de l’itinérance ou d’éviter la rue puisqu’elle leur offrira les moyens financiers supplémentaires et immédiats pour payer leur loyer. La Stratégie reconnaît le rôle central que doivent jouer les provinces et territoires et promet de travailler avec eux pour sa conception et sa mise en œuvre.

Le plus grand danger qui nous guette du côté fédéral est que les fonds promis doivent être votés dans de futurs budgets à partir de 2019-2020 et que le gouvernement du moment y renonce.

Le plus grand danger qui nous guette du côté québécois est que le gouvernement utilise l’argent fédéral pour réduire ses propres dépenses et maintienne le cap sur un programme AccèsLogis sous-financé et une allocation logement dérisoire.

Accueillons alors cette stratégie pour ce qu’elle est, une vision articulée et chiffrée.  Le Québec peut faire mieux qu’à l’heure actuelle et doit en profiter pour maximiser l’apport des ressources additionnelles afin d’améliorer la vie de ses citoyennes et citoyens les plus vulnérables.

 

https://www.chezsoidabord.ca/pdfs/Canada-National-Housing-Strategy-fr.pdf

 

 

Liens d'intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal © 2018.