Revue de Presse – Juin 2016

Pas de commentaire Par Cynthia Lewis | 30 juin 2016
Illustration

Nous vous proposons une sélection d’articles sur la question de l’itinérance parus dans les journaux nationaux et internationaux. 

How America’s homeless went from mobile work force to urban blight

29 juin 2016

Historique de l’itinérance aux États-Unis.

Deuxième journée régionale sur l’itinérance dans Lanaudière: Regards croisés sur l’itinérance

29 juin 2016

Le 17 juin dernier, près de 150 personnes issues des divers secteurs concernés par l’itinérance dans Lanaudière étaient réunies au Château Joliette dans le cadre de la 2e journée régionale consacrée à cette problématique, sous le thème  Regards croisés sur l’itinérance. Les grandes lignes du Plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020 ont été présentées ainsi que les travaux spécifiques initiés dans la région.

Why San Francisco’s Journalists Are Investigating Homelessness

27 juin 2016

Depuis le 27 juin 2016, plus de 70 journalistes et organisations médiatiques ont mis en commun leurs ressources pour publier, diffuser, et partager une série d’histoires sur l’état d’itinérance à San Francisco. L’objectif : attirer l’attention du public sur cette problématique et explorer les solutions possibles, les coûts que cela engendre, ainsi que la variabilité du phénomène. Cette initiative avait déjà été annoncée dans une lettre ouverte le mois dernier dans le New York Time.  L’ensemble des articles sera publié sur le site du projet «SF Chronicle». Chef de file dans la lutte contre l’itinérance aux États-Unis, et avec un budget annuel de 241 millions $ consacré à l’itinérance et au logement supervisé, la ville de San Francisco a permis de loger plus de 22 000 personnes sans-abri depuis 2004.

SF homeless problem looks the same as it did 20 years ago

26 juin 2016

Cet article, par des exemples concrets, dépeint chronologiquement les différentes initiatives mises en place au cours des dernières décennies par la ville de San Francisco afin de contrer l’itinérance, ainsi que les multiples raisons de leurs échecs. Selon l’auteur, si la ville semble être novatrice par rapport à d’autres communautés américaines, il s’avère difficile de comprendre pourquoi les coûts du programme en itinérance (241 millions $ annuellement) ne cessent d’augmenter dans le temps. Malgré ces efforts financiers, les autorités municipales de San Francisco n’ont pas réussi à mettre fin au phénomène. Le manque de volonté devant la persistance de l’itinérance et de l’extrême pauvreté serait l’une des raisons, relate l’auteur. L’utilisation des refuges pour reloger rapidement les individus sans-abri – vers des logements supervisés et permanents – constituerait une des solutions. Pour ce faire, la ville de San Francisco doit investir davantage dans la prévention et la construction d’unités locatives adaptées à la diversité de la population itinérante.

Hidden homeless: the students ashamed to admit they’ve nowhere to sleep (London)

21 juin 2016

Une enquête, effectuée par l’Université métropolitaine de Londres, a révélé que plusieurs étudiants sont confrontés à de graves problèmes d’instabilité résidentielle durant leurs années universitaires. Une situation qui a mené nombre d’entre eux à expérimenter la dimension cachée de l’itinérance. Parmi les explications possibles du phénomène, on retient une augmentation du nombre d’étudiants adultes qui profitent d’un retour aux études pour obtenir de meilleures opportunités d’emplois. Souvent sans revenu stable et sans aide familiale afin de garantir un loyer, ce groupe spécifique peine à trouver un endroit où vivre. Selon les données recueillies, le manque de soutien serait la principale cause du problème, alors que certains étudiants vivent cette situation dans la honte et l’isolement. À la lumière de ce rapport, un travail de sensibilisation et des pistes de solutions seront élaborés pour lutter contre l’itinérance cachée des étudiants sans-abri sur les campus londoniens.

Nunavut hopes to draft short-term homelessness plan

17 juin 2016

Le 7 juin dernier, un plan intitulé : «2015-2016 : Angiraqangittuliriniq» a été déposé à l’Assemblée législative du Nunavut; celui-ci permettra de mieux encadrer les actions à prendre pour résoudre l’itinérance dans cette collectivité. Selon ce rapport, le nouveau cadre proposé devra miser sur une approche locale, en utilisant les ressources existantes disponibles, et déployer des initiatives  efficaces et novatrices pour y parvenir. Parmi les pistes de solutions : offrir une meilleure transition entre l’hébergement temporaire et le logement permanent et subventionné, miser sur une approche-logement basée sur la coopération et la cohabitation, et établir des liens durables et significatifs avec les groupes partenaires et les intervenants. Les données obtenues dévoilent que près de 52 % de la population du Nunavut repose sur le logement social, alors que près de 38 % de ces individus vivent dans des conditions d’extrême pauvreté et de surpeuplement.

Houston’s solution to the homeless crisis: Housing – and lots of it

13 juin 2016

Depuis 2011, l’approche « Logement d’abord » a permis de réduire de 75 % le nombre de sans-abri dans la ville de Houston au Texas. Un succès considérable, que les autorités de Seattle souhaiteraient reproduire; alors qu’il a été démontré que le nombre de personnes itinérantes a augmenté de près de 84 % entre 2011 et 2016 dans cette ville. Selon certains indicateurs, Seattle serait sur la bonne voie : près de 7 000 sans-abri ont été dirigés vers un logement permanent en 2015, incluant plus de 850 vétérans. Celle-ci disposerait aussi de 3 800 logements permanents et supervisés, soit plus d’unités que la ville de Houston et une aide financière de 290 millions $ – pour la création de nouveaux  logements – qui devraient être accordés cet été. Toutefois, le prix élevé des logis à Seattle, qui contribue largement à l’itinérance de la région, pourrait être un facteur d’importance pour contrer le phénomène. Cet article est le second d’une série de deux documents examinant les approches les plus prometteuses pour lutter contre l’itinérance à Seattle, le premier article portait sur les meilleures pratiques issues de la ville de San Francisco.

Hidden Epidemic of Student Homelessness threatens futures of More Than 1 Million Young People Every Year

13 juin 2016

Aux États-Unis, entre 2013 et 2014, près de 1,3 million d’étudiants auraient été sans-abri, une situation qui ne cesse de s’accroître depuis 2006. Pour comprendre ce phénomène, une enquête nationale a été effectuée auprès de cette population. Les données obtenues par cette étude sont convaincantes : 78 % des étudiants américains rapportent avoir connu plus d’un épisode d’itinérance et un étudiant sur deux vivrait une situation d’itinérance cachée. Le rapport stipule également que de nouvelles priorités doivent être mises en place, notamment dans l’augmentation du taux d’obtention du diplôme d’études secondaires et dans l’accessibilité à un logis sécuritaire et abordable. Parmi les pistes de solutions, nous retrouvons une meilleure préparation au cheminement scolaire, du mentorat individuel et la possibilité d’accéder à un réseau de pairs-étudiants. De même, une sensibilisation à l’échelle nationale sur le phénomène doit être soulevée auprès de la population et des institutions scolaires.

Federal cash brings hope to Montreal’s Aboriginal shelter

10 juin 2016

Les nouveaux fonds supplémentaires accordés par Ottawa, afin de lutter contre l’itinérance au Québec, permettront d’aider les refuges qui œuvrent auprès des personnes sans-abri issues des communautés autochtones. Selon Adrienne Campbell de Projets autochtones du Québec – PAQ, ce montant additionnel permettra d’augmenter le budget de l’organisme pour l’embauche de nouvelles personnes, notamment pour l’intervention de première ligne, la gestion de cas et l’accompagnement des personnes en situation d’itinérance. De même, ce supplément devra inclure du financement pour les initiatives en itinérance qui s’adressent à la communauté inuite de Montréal. En 2012, les Inuits représentaient près de 10 % de la population montréalaise, mais constituaient 45 % du groupe de sans-abri.

Opinion: New funding for homelessness should be used to eliminate it (Montreal)

9 juin 2016

Le 6 juin dernier, un investissement supplémentaire de 17 millions de dollars a été octroyé par le gouvernement fédéral pour lutter contre l’itinérance. Une aide financière précieuse pour les organismes montréalais œuvrant auprès des personnes en situation ou à risque d’itinérance. Selon Matthew Pearce, directeur de Mission Old Brewery, les nouveaux fonds consacrés aux besoins des personnes sans-abri doivent avoir un impact clair et mesurable sur le terrain. Comme organisme communautaire, explique-t-il, nous ne pouvons nous contenter de faire qu’un bon travail auprès des personnes les plus démunies de la société, nous devons faire plus en livrant des résultats tangibles qui visent à réduire et à mettre fin à l’itinérance telle que nous la connaissons présentement à Montréal.

Nation’s First LGBT Adult Homeless Shelter Opens in San Francisco

6 juin 2016

Pour contrer la discrimination et la violence que subissent les membres de la communauté LGBT dans les refuges pour personnes sans-abri, une première initiative exclusive pour ce groupe a ouvert ses portes à San Francisco. Un besoin nécessaire, alors qu’il a été recensé que près de 29 % des sans-abri de cette ville s’identifiaient comme membres de la communauté LGBT en 2015. Selon cet article, les membres des communautés gaies et lesbiennes sont plus susceptibles de vivre dans une extrême pauvreté en vieillissant, en comparaison de leurs pairs hétérosexuels. L’étude révèle aussi que les personnes âgées de la communauté LGBT sont plus enclines à ne pas avoir d’enfants, de vivre seules et de faire face à la discrimination et aux abus, notamment dans les services médicaux et sociaux, dans les maisons de retraite et dans les établissements de soins infirmiers.

Aloha and Welcome to Paradise. Unless you’re Homeless.

3 juin 2016

Il y a deux ans à peine, Honolulu était considérée comme une des villes américaines comptant le plus grand nombre de sans-abri parmi ses habitants, au point de mettre en péril l’économie de la région. Depuis, l’‪itinérance des individus a presque disparu, notamment grâce à l’adoption de lois punitives pour contrer l’état d’indigence. Si ces mesures répressives ont été applaudies par l’industrie touristique et les autorités locales, certains acteurs se sont questionnés sur la pertinence et les impacts de la criminalisation de l’itinérance pour éradiquer ce phénomène de la capitale hawaïenne. Selon le directeur général, Matthew Doherty, – qui coordonne la réponse fédérale à l’itinérance – cette solution n’est pas favorable pour contrer l’itinérance, elle ne fait que rendre encore plus difficiles les chances de sortie des individus qui l’expérimentent.

Ontario needs strategy to end youth homelessness: Report

2 Juin 2016

Un nouveau rapport, publié par l’Observatoire canadien sur l’itinérance de l’Université de York, invite l’Ontario à agir plus efficacement afin de mettre fin à l’itinérance des jeunes. Selon ce document, la province doit concentrer ses efforts dans l’expansion de projets pilotes qui contribueraient – à long terme – à prévenir, à réduire et à contrer l’itinérance chez cette population spécifique. Parmi ces projets innovants, Eva’s Phoenix : une initiative qui aide les jeunes à sortir de l’itinérance et à se reprendre en main. Au Canada, il a été estimé que les jeunes représentaient près de 20 % de la population totale de sans-abri.

Anthropologue et démographe, Cynthia Lewis participe depuis 2015 aux différents projets instaurés par le MMFIM. Elle est également responsable du Projet Pairs, qui consiste à offrir un espace de discussion aux personnes qui vivent ou qui ont vécu l’expérience de l’itinérance à Montréal.