Survivre à la violence et renforcer la résilience : Extraits d’un rapport sur le réseau canadien de refuges et de maisons de transition qui desservent les femmes et leurs enfants affectés par la violence – Volet 2

Pas de commentaire Par Serge Chevalier et la Rédaction | 31 octobre 2019

Ce texte est la dernière partie du résumé du rapport du Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des Communes sur la situation des refuges et de maisons de transition qui desservent les femmes et leurs enfants affectés par la violence publié en mai 2019.

Les obstacles propres à certains groupes de femmes

Certains groupes de femmes sont davantage susceptibles de se buter à des difficultés pour obtenir des services ou n’ont tout simplement pas accès à certains ou à plusieurs de ces services. Le Comité insiste non seulement sur l’accessibilité des services, mais précise que ces services doivent être culturellement adaptés. Le Comité a identifié huit groupes insuffisamment desservis.

Les femmes autochtones et tout particulièrement les femmes inuites;

Recommandation 8
Que le gouvernement du Canada augmente le financement des refuges qui desservent les femmes et les enfants touchés par la violence dans les réserves, de sorte que les femmes et les filles des Premières Nations vivant dans les réserves aient accès à des services en refuge et à des mesures de soutien comparables à ceux offerts aux victimes de violence à l’extérieur des réserves.

Recommandation 9
Que le gouvernement du Canada voie [sic] avec les dirigeants et les communautés inuits ce qui pourrait être fait pour garantir un financement adéquat à long terme aux refuges et aux maisons de transition pour les femmes et les enfants inuits touchés par la violence et qu’il envisage dans cette optique d’assouplir les critères d’admissibilité au Programme pour la prévention de la violence familiale.

Recommandation 10
Que le gouvernement du Canada continue de collaborer avec les gouvernements et collectivités autochtones pour veiller à ce que les femmes et les enfants victimes de violence vivant dans des collectivités dépourvues de refuge aient accès à un logement sécuritaire et à des services et à du soutien adapté sur le plan culturel.

Recommandation 11
Que le gouvernement du Canada facilite la collaboration entre les organismes de femme et les organismes autochtones pour qu’ils élaborent et mettent en place, en partenariat avec des femmes autochtones qui ont survécu à l’itinérance ou à la violence, un programme de formation fondé sur les compétences adaptées à la culture et aux besoins des femmes des Premières Nations, des femmes inuites et des femmes métisses.

Les femmes vivant avec des handicaps, l’emphase étant portée sur le dépistage des traumatismes et des lésions cérébrales en relation aux violences subies;

Recommandation 12
Que le gouvernement du Canada encourage la recherche visant à cerner les pratiques exemplaires en ce qui concerne les protocoles ou les questions d’évaluation pour les femmes qui entrent dans des refuges ou des maisons de transition afin de déceler chez elles des traumatismes cérébraux, des lésions cérébrales acquises, le trouble de stress post-traumatique ou tout autre maladie mentale ou handicap résultant de la violence, et offre du financement si nécessaire.

Les femmes qui habitent des collectivités rurales ou éloignées;

Recommandation 13
Que le gouvernement du Canada, en collaboration avec les provinces, les territoires et les gouvernements autochtones, subventionne le transport des femmes vivant en milieu urbain, rural ou éloigné ou dans des communautés du Nord, y compris les communautés autochtones, qui fuient la violence et qui n’ont pas accès aux services sécuritaires d’un refuge dans leur localité.

Les personnes se reconnaissant dans certaines identités de genre et orientations sexuelles;
Les femmes ayant des troubles complexes de santé mentale ou de toxicomanie.

Recommandation 5
Que le gouvernement du Canada, en collaboration avec les provinces et les territoires, conçoive un cadre national sur les refuges et les maisons de transition pour les femmes et les enfants qui sont touchés par toutes formes de violence fondée sur le sexe et qui se trouvent en situation d’itinérance, dont l’objectif sera d’assurer des niveaux de service comparables aux femmes et aux enfants de tout le pays et que ce cadre :
• s’attaque aux obstacles qui rendent difficile l’obtention d’un lit et de services dans les refuges et les maisons de transition pour les femmes ayant des besoins particuliers, comme celles vivant avec des handicaps ou des troubles de santé
mentale ou de toxicomanie; les femmes transgenres et les personnes non binaires; les immigrantes et réfugiées, et les victimes de la traite des personnes.

Recommandation 7
Que le gouvernement du Canada, en partenariat avec les peuples et les collectivités autochtones, collabore avec les provinces et les territoires :
• pour élaborer des stratégies de lutte contre la violence fondée sur le genre et pour veiller à ce que la police et les procureurs appliquent des pratiques uniformes en ce qui concerne les survivantes de violence fondée sur le genre.

Chambre des Communes. (2019). Survivre à la violence et renforcer la résilience — étude sur le réseau canadien de refuges et de maisons de transition qui desservent les femmes et leurs enfants affectés par la violence. Rapport du Comité permanent de la condition féminine. Mai 2019 42e Législature, 1re Session. Ottawa, Chambre des Communes.