Le MMFIM fait entendre sa voix à la consultation publique « Stratégie centre-ville »

Pas de commentaire Par La rédaction | 7 novembre 2016
Illustration

Dans le cadre de la consultation publique Stratégie centre-ville de la ville de Montréal, James McGregor, directeur général du Mouvement pour mettre fin à l’itinérance à Montréal (MMFIM) et Émile Roux, directeur général de la Société de développement social et membre du comité exécutif du MMFIM, s’exprimeront à la séance d’audition du lundi 7 novembre 2016. Ils présenteront les principales recommandations du MMFIM issues du mémoire remis à l’Office de consultation publique de Montréal.

La Stratégie centre-ville 

La Stratégie centre-ville propose une vision d’avenir et des orientations stratégiques pour le centre-ville de Montréal pour les 15 prochaines années.

Elle vise à orienter la croissance urbaine vers le cœur de la région métropolitaine en faisant du centre-ville un lieu où il fait bon vivre, travailler, étudier et se divertir. Elle propose d’optimiser le potentiel de développement en priorisant l’investissement dans les transports collectifs et actifs, en favorisant l’accès aux logements familiaux et à des services de proximité et en bonifiant le rôle prédominant du centre-ville dans l’économie métropolitaine.

À la suite de cette consultation, un Plan d’action proposera des initiatives ciblées ayant un impact sur le dynamisme et le développement du centre-ville. [1]

La Stratégie centre-ville et l’itinérance

La proposition de la Stratégie centre-ville reconnaît l’importance de l’itinérance et des problématiques qui y sont associées, en particulier au centre-ville et elle fait état des ressources existantes et des engagements de la Ville, dont celui de sortir 2000 personnes de la rue d’ici 2020.

Elle fait également état des enjeux de cohabitation entre les personnes itinérantes, les riverains et les commerçants dans plusieurs secteurs du centre-ville. Et il souligne les démarches de médiation et les projets de réaménagement et d’animation du domaine public qui ont été ou sont en voie d’être déployés.

Elle présente aussi les projets de réaménagement urbain qui sont en cours de planification ou de réalisation au centre-ville, notamment le réaménagement des places publiques que sont les squares Cabot et Viger et la place Émilie-Gamelin.

En revanche, la Stratégie ne se prononce pas sur l’importance de la problématique et n’identifie pas les gestes à poser. Il fait tout au plus état de la nécessaire cohabitation entre résidents, visiteurs et personnes en situation d’itinérance.

Le MMFIM ne doute pas de la volonté de la ville de Montréal et du maire actuel de réaliser les engagements qu’il a pris face à l’itinérance; plusieurs réalisations en témoignent déjà.

Nous sommes toutefois d’avis qu’il serait important, pour ne pas dire essentiel, que l’Axe 1 de la stratégie – Des milieux de vie complets et inclusifs reconnaisse explicitement l’importance du Plan d’action montréalais en itinérance et de l’Objectif2020 ainsi que la nécessité d’agir à ce titre de façon prioritaire.

La Ville de Montréal s’est donnée en matière d’itinérance des objectifs ambitieux et rassembleurs. La communauté et les réseaux sont mobilisés plus que jamais. L’atteinte des objectifs que nous nous sommes donnés implique que les ressources nécessaires soient au rendez-vous. 

Identifier la problématique de l’itinérance et les plans d’action conséquents comme une des priorités de la Stratégie centre-ville enverrait un message clair aux intervenants, mais surtout aux gouvernements. S’il est intéressant que la Ville dispose de nouveaux pouvoirs et de nouveaux outils pour agir en la matière, elle devra nécessairement pouvoir compter sur sa juste part des ressources nécessaires pour agir rapidement.

Du même coup, la Stratégie centre-ville relayerait un message important à l’ensemble de la communauté du centre-ville.

Le succès des nombreuses initiatives déployées, tant par le réseau communautaire que les intervenants privés démontrent que la communauté est prête à s’impliquer pour offrir des alternatives durables tant aux individus qu’aux groupes de personnes concernés. C’est ainsi que la dernière campagne de financement de la Fondation Mission Old Brewery « Voyez la fin de l’itinérance », menée au sein du milieu des affaires a permis d’amasser un montant record de 31,5 millions de dollars. Il faut voir là le signe d’une très grande sensibilité au sort des personnes vulnérables, mais aussi l’expression non équivoque d’une très grande adhésion aux objectifs que nous nous sommes collectivement donnés.


1.Stratégie centre-ville, Office de consultation publique de Montréal.

Articles connexes

Le Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal présente sa démarche pour sortir quelques 2 000 femmes et hommes de l’itinérance chronique et cyclique en cinq ans. Pourquoi 2000 personnes ? JecompteMTL, dénombrement réalisé en mars 2015, permet d’affirmer qu’au moins …

Le maire de Montréal, M. Denis Coderre, et Mme Monique Vallée, responsable du développement social et communautaire ainsi que de l'itinérance au comité exécutif de la Ville de Montréal, ont dévoilé aujourd'hui le Plan d'action …

La présidente-directrice générale du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Mme Sonia Bélanger, a annoncé le déploiement du plan d’action intersectoriel en itinérance de la région de Montréal. Élaboré par …

Liens d'intérêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mouvement pour mettre fin à l'itinérance à Montréal © 2019.